Valoriser les actifs immatériels

Au sein de l’entreprise, on considère désormais la question du pilotage des actifs immatériels : systèmes d’information, recherche, publicité, formation… comme centrale. Ces actifs immatériels constituent globalement plus de 50% de l’investissement total dans les économies complexes !

Pour autant, les dirigeants et autres parties prenantes de l’organisation, n’ont pas véritablement déployé les efforts d’outillage leur permettant de tirer pleinement parti de ces actifs. Il est vrai que leur caractère combinatoire, volatile et risqué ne facilite pas une approche mécaniste de leur pilotage ni de leur management. Les systèmes d’information et les ressources liées représentent l’ossature centrale des actifs de l’entreprise, une dimension largement sous-estimée par les dirigeants et les analystes. Ils renvoient pourtant à plus 25% de l’investissement total des entreprises. De même, les investissements immatériels occupent une place croissante au sein des entreprises. Il y a donc urgence à clarifier les modalités de pilotage des actifs immatériels de l’entreprise. Urgence renforcée dans un contexte de crise, dans lequel les décisions d’investissement et de redéploiement des ressources peuvent être prises sans réels instruments de navigation.

Le « retour sur les fondamentaux », objet de théories actuelles, ne saurait s’abstraire de la réalité des entreprises et de leurs modèles économiques, désormais peu linéaires et dominés par ces actifs immatériels. Au plan analytique, on peut souligner une complémentarité entre capital organisationnel et systèmes d’information.

Pour une croissance durable et soutenable, il importe donc de mettre en évidence le niveau de maturité du pilotage des actifs immatériels des SI, en particulier en comparaison avec d’autres actifs immatériels de l’entreprise (brevets, marques, dessins, modèles…).

Il importe également de déterminer les meilleurs instruments de pilotage des actifs immatériels des Systèmes d’Information, et de planifier un agenda de recherche-action liée. Une meilleure compréhension du potentiel de l’économie immatérielle doit permettre aux entreprises de trouver de nouvelles sources de croissance propres à redynamiser l’économie dans les années à venir.

Laisser un commentaire