Le responsable bénévole est un leader qui s’ignore !

Dans un environnement social et économique de plus en plus complexe, la nouvelle donne de l’action associative impose à chaque élu responsable « d’assumer une fonction de leader…»* . Capable de créativité et d’initiative, il mobilise, par son charisme, toutes les composantes de l’organisation, autour d’une vision. Il incarne le projet associatif et assume sa légitimité de dirigeant.

Il sait reconnaître et valoriser les compétences de chacun. Il ne craint pas le conflit, mais accepte de le gérer dans le respect de l’autre. Il reconnaît que le changement est une nécessité pour toute organisation vivante. Il crée et développe des réseaux relationnels à l’intérieur comme à l’extérieur de l’association. Il communique avec authenticité et harmonise ses discours avec ses actes. Femme ou homme d’influence, il a pour principal objectif de mobiliser l’adhésion du plus grand nombre à des projets communs, porteurs d’une vision créatrice pour l’association, et épanouissants pour l’individu. Une des caractéristiques propre au métier de cadre-permanent au service de bénévoles réside dans cette ambition : aider chaque responsable bénévole à exercer son leadership au sein d’une équipe.

Cette démarche d’accompagnement, qu’elle se fasse avec un élu (président, trésorier, secrétaire général…) ou avec une équipe (le conseil d’administration tout entier) est connue sous l’appellation « coaching et/ou team building ». L’attitude, que suppose ce type de coaching, considère la personne ou l’équipe accompagnée, à la fois dans son fonctionnement actuel, mais plus encore dans son potentiel en train de se réaliser.

Dans cette métaphore sportive, l’individu (ou l’équipe) n’est pas considéré pour lui-même, comme un champion ; c’est la notion de « potentiel existant à développer » qui s’apparente au concept d’accompagnement d’un entraîneur avec un champion. D’autres approches délaissent la comparaison sportive pour lui préférer une définition plus nuancée, convenant sans doute mieux aux relations élus-permanents au sein des associations.

« ...Le coach a pour mission de conseiller ou d’accompagner le manager et son équipe dans la maîtrise des changements structurels qui lui sont imposés (mutation, nouvelles responsabilités, direction d’un projet stratégique…). Il permet le développement et l’épanouissement des potentialités de chacun en faisant partager à toutes les finalités de l’entreprise… Face aux turbulences et aux incertitudes des situations complexes, le coach est un  » miroir  » qui doit faciliter la réflexion et la prise de conscience des décisions à prendre. Le  » coach  » travaille sur les changements, les préoccupations, les enjeux, les blocages, les conflits…»**.

Certes le recours à un coach, interne à l’organisation, présente un inconvénient majeur « sa relative non-neutralité ». Il représente néanmoins un atout essentiel pour les associations désireuses d’optimiser la relation élus-permanents. Il conviendra ultérieurement de préciser (donc de clarifier) en quoi – dans le secteur associatif également cette démarche comporte à la fois une philosophie, une attitude, des comportements, des compétences et des procédures.
_________________________

* Transparence et Associations – A.F.T.A – (Nouvelles éditions fiduciaires)
** La fonction d’encadrement – F. MINGAUTAUD – (Ed.Organisation).

Laisser un commentaire